Vous êtes ici : Accueil > Axes de recherche > Langues, identités, relations intergroupes

Langues, identités, relations intergroupes

Responsable

Patricia Lamarre, Université de Montréal

Objectif

Les chercheurs de cet axe ont pour objectif l’étude de la mutation des frontières entre les individus et les groupes, qu’elles soient linguistiques, raciales ou culturelles. On s’y penche sur la dynamique linguistique complexe qui prévaut au Québec ainsi que sur son impact sur les identités personnelles fondées sur des marqueurs variés ainsi que sur les rapports intergroupes. Plusieurs enjeux sont analysés dont la redéfinition des catégories linguistiques, la diversification des pratiques langagières, la mutation des identités des jeunes bilingues et trilingues, l’acculturation des immigrants ou encore la discrimination raciale ou linguistique. Des développements touchent également la représentation médiatique du pluralisme.

Thèmes

Membres de l’axe

Catherine Amiot, Université du Québec à Montréal
Alain Bélanger, INRS-Centre Urbanisation Culture Société
Chedly Belkhodja, Université Concordia
Antoine Bilodeau, Université Concordia
Richard Y. Bourhis, Université du Québec à Montréal
Jean-Pierre Corbeil, Statistique Canada
Benoit Côté, Université de Sherbrooke
Roxanne de la Sablonnière, Université de Montréal
Nicole Gallant, INRS-Centre Urbanisation Culture Société
Jack Jedwab, Association d’études canadiennes
Patricia Lamarre, Université de Montréal
Bronwen Low, Université McGill
Marie-Odile Magnan, Université de Montréal
Deirdre Meintel, Université de Montréal
Michel Pagé, Université de Montréal
Maryse Potvin, Université du Québec à Montréal
Andrew George Ryder, Université Concordia
Mela Sarkar, Université McGill
Marilyn Steinbach, Université de Sherbrooke
Morton Weinfeld, Université McGill

Capsules de recherche

Magnan M.-O. (2012) L'expérience sociale de l’école anglaise au Québec: construction identitaire linguistique des jeunes à travers les interactions intergroupes, CEETUM.

Potvin M. (2012). Discours sociaux et médiatiques lors de la «crise des accommodements raisonnables», CEETUM.