Diversité, frontières ethnolinguistiques et éducation au Québec et au Canada / Diversity, Ethnolinguistic Boundaries, and Education in Québec and Canada

Marie-Odile Magnan et Patricia Lamarre (dir.)

Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society, numéro 7, 2016

Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society, 2016

Les frontières entre les groupes majoritaires et minoritaires, entre le Nous et le Eux, se construisent dans l’interaction, au quotidien, à l’intérieur de rapports de pouvoir économiques, linguistiques et ethnoculturels bien institués au plan des représentations sociales et des référents «imaginé» (Barth, 2008; Juteau, 1999). Les milieux éducatifs peuvent participer à cette construction des frontières de par les différents espaces formels et informels de socialisation qui se trouvent dans les murs de l’école, que ce soit au niveau primaire, secondaire ou encore postsecondaire (Darmon, 2006), et ce malgré leur mandat de promouvoir le «vivre-ensemble» et la citoyenneté. De plus, les milieux éducatifs sont des lieux importants de rencontres, rassemblant des jeunes et des adultes aux bagages et aux parcours de socialisation multiples. Les dynamiques linguistiques, ethnoculturelles, économiques – que ce soit à l’échelle locale, nationale et internationale – façonnent les interactions négociées, réifiées ou encore contestées à l’école.

Pour lire la suite de l'introduction:
www.erudit.org/revue/minling/2016/v/n7/1036414ar.pdf 

Table des matières:
www.erudit.org/revue/minling/2016/v/n7/index.html