Vous êtes ici : Accueil > Activités et nouvelles > Entre le dire et le faire : pratiques évaluatives des orthophonistes à l’égard des élèves issus de minorités culturelles

Entre le dire et le faire : pratiques évaluatives des orthophonistes à l’égard des élèves issus de minorités culturelles

La prise en compte de la diversité de tous les apprenants, particulièrement les plus vulnérables, suscite de plus en plus d’intérêt dans le champ de l’éducation, au Québec et dans le monde. En effet, l’importance de la diversité de l’effectif scolaire québécois n’est plus à démontrer, pas plus que la multiplicité et la complexité des formes qu’elle incarne. Qu’il s’agisse de caractéristiques propres aux apprenants ou encore de leurs réalités familiales, socioéconomiques ou socioculturelles, tous ont un bagage particulier que l’institution scolaire doit reconnaître pour agir avec équité. Bien que plusieurs travaux se soient intéressés à l’incidence de ces caractéristiques et réalités sur la réussite des apprenants, peu se sont penchés sur les pratiques des intervenants qui leur sont destinées. Dans ce contexte, cette recherche (Borri-Anadon, 2014) s’est intéressée à un objet encore peu étudié, du moins au Québec, l’intersection entre élèves issus de l’immigration et élèves handicapés, en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (ÉHDAA). Elle visait à mieux comprendre le processus évaluatif des élèves de minorités culturelles à partir, d’une part, d’une description des pratiques professionnelles telles que déclarées (le dire) et mises en œuvre (le faire) par les orthophonistes scolaires, et, d’autre part, de la mise en lumière d’enjeux résultant des tensions et convergences entre le dire et le faire.  

Pour lire la suite, consultez le fichier joint