You are here: Home > Activities and news > News

Mobilités et pluralité en islam. Vouloir être Baye Fall à Montréal

16 March 2017

Alicia Legault-Verdier, Université de Montréal

Alicia Legault-Verdier
Doctorante, Anthropologie, Université de Montréal 

Cet article se veut une présentation des résultats d’une recherche menée dans le cadre du projet du Groupe de recherche diversité urbaine (GRDU) «Pluralisme et ressources symboliques: les nouveaux groupes religieux au Québec» sous la direction de Deirdre Meintel. Le projet, depuis 2006, a pour objectif de dresser un portrait de la diversité religieuse au Québec. Un des groupes répertoriés est celui des Baye Fall. Le Bayefallisme est une branche de la voie soufie sénégalaise de la Mouridiyya. Le soufisme, souvent présenté comme le mysticisme ou la spiritualité en islam, est très présent en Afrique subsaharienne. Si les disciples de la Mouridiyya, les mourides, adoptent une posture orthopraxe face aux cinq piliers de l’islam, ceux qui veulent être Baye Fall ont des expériences du religieux, nous le verrons, qui peuvent être hétéropraxes. Si tous les Baye Fall sont des mourides, tous les mourides ne sont pas Baye Fall. La frontière entre les deux manières d’être musulman est poreuse et renégociée. Visibles dans le paysage sénégalais par leur apparence souvent ostentatoire, les Baye Fall sont également présents dans les espaces migratoires tels que celui de Montréal.

Pour lire la suite, consultez le fichier joint